– ah ah ah

ceci n’est pas un ready made
ceci vient

c’est bizarre
qu’un lendemain de victoire électorale « gauchienne »
« gauliste », c’était déjà pris
« gauchiste », il ne faudrait pas tout confondre
restait à se renouveler
« gauchienne », c’est drôle, non ?

ah, parce que vous y croyez vous en « dave« 
allez, on va voir sa première ministre…
ah, vous voulez que je mettes le masculin, peut-être ?
qu’est que vous voulez ?
des lendemains qui changent ?

je disais que c’est bizarre de tomber
sur cette phrase dans un article
« Changer la société (3) : la politique du code source ouvert »

http://reflets.info/changer-la-societe-3-la-politique-du-code-source-ouvert/

« Imaginez que l’archipel des hackers soit devenu une organisation qui compte dans la société. Organisation totalement décentralisée, sans chefs ni leaders d’opinion particuliers mais qui, par ses actions, ses propositions concrètes, la mise en place d’alternatives diverses et variées, pèse dans la société. « 

cette phrase, j’y crois plus qu’en « dave »
« y croire » « y croire »
… me fait rêver, ça c’est sûr !

juste un paris
tout simple

l’imprimerie a bouleversé les rapport de forces
de la société… c’est clair

l’internet est en train de faire bouger la donne
cela est déjà en train !

il semblerait que les choses s’accélèrent
justement grâce à la capacité de l’internet
à laisser circuler les informations
et à « faciliter » la mise en commun…

autre phrase :

« Si vous faites quelque chose, que vous participez à un projet, modifiez des choses existantes, contribuez à quelque chose, dans la mesure de vos compétences, vous le [hacker ] devenez. »

on ne fait pas pour vous…
on vous propose de faire
ben oui, faites, vous
bougez le bazar

arrivent, en suite, dans cet article
une « charte »… éthique
(bon, je préfère l’éthique à la charte,  hein)

« — Les membres de l’archipel s’engagent à toujours agir et proposer en accord avec l’éthique hacker

— Aucune idéologie politique, économique, religieuse ou autre ne doit soutenir l’action, les projets, les propositions des membres de l’archipel

— Rien n’est à rejeter à priori, tout est toujours possible à étudier : les projets amusants (pas obligatoirement utiles mais qui nous font marrer) ont autant de valeur que les projets « sérieux »

— La connaissance doit toujours être partagée, la critique est toujours intéressante si elle permet d’améliorer un projet

— L’autonomie des individus est le cœur de l’activité de l’archipel, tout ce qui peut réduire l’autonomie est à exclure

— L’argent n’est pas une motivation en soi, l’enrichissement personnel n’est pas le bienvenu

— Du moment qu’un projet est retenu (vote qualitatif sans majorité ni règles particulières), ceux qui l’ont instigué font tout pour le finaliser et l’offrir  la communauté

— L’art et la manière, la qualité de l’œuvre sont privilégiés sur l’utilité pure

— On juge une réalisation, pas les gens : aucun critère d’âge, d’origine, de condition, de genre ne doivent être retenus pour participer à un projet ou non.

— Les réalisations, qu’elles soient d’ordre technique ou non se valent toutes, c’est leur qualité et leur intérêt qui priment. »

ça c’est un programme
… auquel je crois !
comme quoi je peux encore croire
ouf

le début était là…
http://reflets.info/changer-la-societe-2-larchipel-des-hackers/
http://reflets.info/changer-la-societe-le-hacking-pour-modele/


aller* quelle époque
jf le scour, 2012
*je sais, je sais, je revendique

ps : je reviens sur le titre d’un des paragraphes
 » Analyser, faire, échanger, proposer et laisser faire »
vous avez bien lu : laisser faire… belle nuance, non ?
eh, oh, avant ils sont 4, les autres verbes !