– en ordre de marche

ceci n’est pas un ready made
ceci est une ville humaine

« Il s’agit de redonner toute sa place au piéton, oublié des politiques urbaines. Cela relève du « vivre ensemble » »
http://www.lemonde.fr/rendez-vous/article/2012/02/16/strasbourg-ouvre-la-voie-aux-pietons_1644454_3238.html
cette phrase est d’un élu vert chargé de l’urbanisme… évidement

strasbourg  lance « une ville en marche » »
http://www.strasbourg.eu/accueil?ItemID=39581565&ItemControl=actualites

« Les 10 points du plan piéton

  1. Promouvoir la marche
  2. Accorder plus de place aux piétons
  3. Désamorcer les conflits piétons-vélos
  4. Utiliser les documents d’urbanisme pour améliorer la perméabilité du territoire
  5. Instaurer le 1 % piéton à l’occasion des projets de transports publics (tram, Bus à Haut Niveau de Service…)
  6. Encourager la démarche des pédibus dans les écoles de la ville de Strasbourg
  7. Renforcer la perméabilité piétonne des axes 50
  8. Mieux traiter les carrefours pour les piétons
  9. Traiter et planifier les ouvrages d’art stratégiques du réseau piéton
  10. Créer un réseau piétonnier magistral reliant les centralités de quartier »
je ne sais pas si c’est possible
pour avoir souvent des mots et des chutes de rétroviseurs
avec la dictature automobile
en tout cas, je fais confiance aux alsaciens
pour mettre de l’ordre « dans le passage des piétons » !tout le monde sait que strasbourg est la ville française
qui « laisse » circuler le plus de vélos en france
avec plus de 500 km de pistes cyclables…et c’est drôle quand même
des villes en sont à poser les rails de leur tramway
alors que, strasbourg a, elle, une entrée wikipédia pour son tramway
http://fr.wikipedia.org/wiki/Tramway_de_Strasbourg
oui, une entrée dans le grand monde du wiki
on y apprend qu’il existe depuis 1990… le tramway

comme quoi
si on oblige les « nombrils » motorisés,
leur emprise et entreprise devrait se réduire
tout simplement

encore faut-il oser la contrainte du « vivre ensemble »


aller* quelle époque
jf le scour, 2012
*je sais, je sais, je revendique

 

ps : « De tous les modes de déplacement qui font la ville contemporaine, on reconnaît à la marche à pied un certain nombre d’intérêts : intérêt écologique, intérêt économique, intérêt de liberté et d’autonomie, intérêt de santé publique. Mais un intérêt primordial est souvent oublié : c’est son intérêt civique. Depuis le Moyen âge, « l’air de la ville rend libre ». La culture urbaine s’est épanouie grâce à une pratique piétonne courante. Cette pratique offrait à chaque citadin une liberté d’aller et venir, mais le contraignait aussi à une grande promiscuité.
Le XXe siècle automobile a tenté autre chose : une plus grande liberté ; une moindre promiscuité. »
lu ici dans ce pdf édité par la ville de stasbourg