– une riche et vaste plaine entre russie et europe

ceci n’est pas un ready made
ceci est un graffiti… « à gloire »

je ne pouvais laisser
une histoire d’orange…

« Ukraine: le président s’accroche au clan du charbon et de l’acier »

« En Ukraine, il y a longtemps que les gesticulations des hommes politiques n’intéressent plus personne. Sept ans après la révolution orange de 2004, l’élan démocratique qui avait permis l’alternance politique est retombé, plombé par la crise économique et l’incapacité du précédent président Iouchtchenko à réformer le pays. Les jeunes qui campaient à l’époque sur Maidan, la principale place de Kiev, regardent aujourd’hui le jeu politique d’un œil désabusé et rêvent de chercher fortune à l’étranger. » la suite ici pour les abonnés ou au format pdf

(« cliquez » sur l’image pour agrandir)

toujours des histoires de matières premières
après le pétrole d’hier en irak
là, un mur avec son mineur

est-ce un mineur « contemporain »
ou un d’avant
je veux dire par là : quand a-t’il était peint ?
on dirait le « spot » d’un graffeur « constructiviste »

bref la révolution orange avec son égérie en prison
n’a pas laissé beaucoup de traces
il est vrai que ceux qui ont mis la main sur le grisbi
préfèrent pousser à la roue l’ex-allié des russes
plutôt qu’une blonde à macarons
qui a bien des choses à se faire pardonner !

http://www.liberation.fr/monde/01012376061-ioulia-timochenko-le-calvaire-de-la-dame-dekiev
Ioulia Timochenko. Le calvaire de la dame de Kiev

c’est toujours la même histoire
plus la galette est grosse
plus la bataille est rude
et tous les moyens sont bons

comme si faire un max permettait d’écraser
ceux qui marnent au fond des mines
ou au pied des laminoirs
à qui ils ne restent que les murs… « à gloire »


aller* quelle époque
jf le scour, 2011
*je sais, je sais, je revendique