photos et commentaires d'époque qui vont avec…

-… sous contrôle ?

ceci n’est pas un ready made
ceci n’a pas de fin

« Il est essentiel que la centrale demeure stable jusqu’à son démantèlement final, vers 2060. Car, si un nouveau séisme de forte magnitude et, pire, un nouveau tsunami – possibles à tout moment – venaient à survenir et à vider les piscines, la situation serait soudain plus catastrophique encore. » suite

euh, vous avez bien lu
nous sommes en 2012
2060, c’est dans 50 ans ?
50 années à espérer que la mer reste bien tranquille
50 années à espérer que la terre reste bien tranquille

et puis quoi encore ?
ah… on ne peut pas faire autrement !

vous y croyez vous ?

«Décaper la terre des écoles est une tâche épuisante mais nous devons l’accomplir sans hésitation, concède Mitsuki Yoshida, un travailleur à l’œuvre au volant d’une grue pelleteuse dans le parc Muriai, dans un quartier central de Fukushima-City. On extrait la terre, on la retourne, puis on l’enterre quelques mètres plus loin à 2 mètres de profondeur.» Les gens de Fukushima y croient. suite

et si on regardait ailleurs
ouai, regarder
vivre ailleurs
ouf ce n’est pas nous !

vous en reprendrez bien un peu :
« Fukushima, retour sur la terre maudite »
http://www.letemps.ch/Page/Uuid/09f703e0-663b-11e1-a3b9-3de4c710e72f/Fukushima_retour_sur_la_terre_maudite

nous autres pour notre élection présidentielle
le frère président ne peut se passer du petit commerce nucléaire
comme frère henri qui influence

et la « concurrence » ne fait pas mieux
au nom de la dissuasion !!!
c’est comme un étage plus haut
j’exagère
à l’échelon européen
qu’en est-il ?

sous ors et les lambris
ces messieurs sont peut-être « contaminés » par l’espagne
maintenant
le nucléaire, ce n’est pas chez nous !
la finance elle nous tient
… sous contrôle, disaient-ils


aller* quelle époque
jf le scour, 2012
*je sais, je sais, je revendique

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.