3 milliards de personnes

ceci n’est pas un ready made
ceci est une croyance

le journaliste dit :

« Cela semble vertigineux… »

le fils à papa :

« Oui, mais n’oublions pas que c’est la première fois dans l’histoire de l’humanité qu’une zone géographique de consommation représente 1,3 milliard de personnes. C’est du jamais-vu. Pour le luxe, je reste très confiant pour les dix à vingt prochaines années. »

pioché dans un article intitulé :
« Grâce au luxe et au «lifestyle», le chiffre d’affaires de PPR va doubler »
http://letemps.ch/Page/Uuid/e8973f08-f8e3-11e1-941e-04a21e7804b4/Fran%C3%83%C2%A7ois-Henri_Pinault_Gr%C3%83%C2%A2ce_au_luxe_et_au_lifestyle_le_chiffre_daffaires_de_PPR_va_doubler
ou là en pdf

c’est simple comme le revenu des chinois augmentent
ils vont consommer de plus en plus
évidement certains plus que les autres
ne peuventque devenir les clients de ce fils à papa…

à la fin de l’article, pour bien enfoncer le clou :
le journaliste dit :

« Le luxe n’en a donc pas fini avec son renouveau géographique… »

le fils à papa :

« En effet. Pendant très longtemps, ce secteur a été uniquement concentré en Europe, au Japon et aux Etats-Unis, soit environ 700 à 800 millions de consommateurs en puissance. On peut dire que c’était le cas jusqu’à la fin du siècle dernier. Et, d’un seul coup, avec les marchés émergents, le potentiel est passé à plus de deux milliards de personnes. Peut-être trois à l’avenir. Le changement de paradigme est gigantesque. »

cet homme a foi en l’avenir
il crois à son « lifestyle »
c’est de la bonne comm’
attendue les actionnaires, non ?

pourquoi les journalistes se font l’écho de ce genre de discours
… j’oubliais le « lifstyle », c’est avant tout des pages de pubs
c’est pourtant simple un petit renvoi d’ascenseur !

 


aller* quelle époque
jf le scour, 2012
*je sais, je sais, je revendique

 

un commentaire — poster un commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.