dépôt ou abandon ?

ceci n’est pas un ready made
ceci est vrai



ils étaient 4
2 femmes
2 hommes
4 « africains antillais français »
habillés de gilets pare-balles
menotte, matraque et gaz lacrymogène à la ceinture
la police municipale… en mission « terrasse »
faire respecter la surface négociée par les cafetiers
… c’est un métier !!

le 9 octobre 2018, 17h passé
je les ai vu sur le trottoir rue de charonne
ils passaient…
au niveau de la rue keller
demi-tour, le plus grand avaient décidé
d’après un des serveurs qui me l’a rapporté
de venir s’occuper du passage josset…

le plus grand à la coiffure « queue de cheval tressée » était le jeune de la bande
était-il en besoin d’affirmer son autorité ?
son savoir faire ?

Il avait tenté de me faire signer son « pv » sur son « smartphone » que j’ai contesté dans le courrier suivant une fois reçu :

A l’attention de l’Officier du Ministère Public
près le Tribunal de Police de Paris
CS41101
35911 RENNES CEDEX 9

Le 9 octobre 2018, j’étais devant mon domicile, en train de couper un linteau de 3 mètres de long. J’habite un rez de chaussée dan un PASSAGE. Quand 4 agents de la police municipale sont arrivés, celui qui a engagé la conversation m’a parlé de terrasse et de « RC ». Ne comprenant pas ce qu’il me demandait, il a fini par me demander si j’avais une autorisation de la mairie… Je ne comprenais toujours pas ce qui se passait, ai-je besoin d’une autorisation pour couper un linteau sur le trottoir ? A aucun moment, il ne m’a demandé de ranger mes outils et mon linteau… pour libérer le trottoir.

L’agent verbilisateur N° « 2117287 » m’a parlé ensuite de mes bacs de fleurs que j’ai posé devant chez moi… je suis entré chez moi pour prendre l’article de la mairie proposant « la végétalisation », l’agent m’ a  suivi… je me suis permi de lui faire remarquer que je ne l’avais pas invité à entrer. A partir de là, il s’est mis taper sur son smartphone, puis m’a demandé ma carte d’identité, que je lui ai fournie. Il a voulu me faire lire l’infraction sur son écran pour me faire signer…

A aucun moment je n’ai pu lire l’article « Article R644-2 » :
Le fait d’embarrasser la voie publique en y déposant ou y laissant sans nécessité des matériaux ou objets quelconques qui entravent ou diminuent la liberté ou la sûreté de passage est puni de l’amende prévue pour les contraventions de la 4e classe.

Le lisant maintenant, je m’aperçois que j’étais physiquement là avec mes outils et mon linteaux sur le trottoir, en train de travailler, qu’à tout moment je pouvais me pousser si je gênais. Donc je n’embarrassait pas le TROTTOIR, ni en déposant ni en laissant des matériaux… Quand j’ai eu fini la coupe de mon linteau, j’ai rangé le tout chez moi et j’ai balayé la sciure dans le caniveau !!!

Par la présente, j’espère que vous prendrez en compte mon étonnement et comprendrez pourquoi je n’ai pas réglé cette amende.
Veuillez accepter mes sincères salutations, je reste à votre disposition pour toutes informations complémentaires.

Paris, le 19 octobre 2018
Jean-François Le Scour
2, passage josset
75011 Paris
+33663423366

à suivre…

 

où est l’époque ?*
__jf-le-scour.com, 2018

*je sais, je sais, je revendique

 

ps : troisième épisode après celui de __2015
ou a
u __sciage diurne