saint-denis, c’est fini…

ceci n’est pas un ready made
ceci est la réalité…

 

 

saint-denis est une ville du 93
quand on veut faire autochtone ou bilingue
on dit « 9 » « 3 »
saint-denis, autrefois, connue pour sa basilique
et son cimetière royal

l’est maintenant, pour son stade
mais pas que…

heu, son grand stade a fait la différence
ou plutôt a ouvert le chemin de la « ceinture rouge« 
l’installation de l’enceinte, en 1998
a marqué le lancement de la transhumances

les élites parisiennes, lasses de payer des terrains cher
pour faire marner, en « open space« , le bon « prolétaire » en col blanc
ont décidé comme pour le grand terrain de foot
d’aller en banlieue est
ou « est » de paris
l’ouest était saturé
voir aux mains de « gangs aux bras de soie longs« , je plaisante

le terrain y est (était) beaucoup-beaucoup moins cher…

le seul problème, c’est que les cols blancs ont peur…

« Ils vont nous attaquer ! »
« On va tous se faire agresser ! »
« Vous avez pensé à renforcer les murs pour empêcher les voitures-béliers de défoncer l’immeuble ? »

« Saint-Denis parano »
http://www.lemonde.fr/le-magazine/article/2013/10/11/saint-denis-parano_3493105_1616923.html
ou en pdf

je conseille aux cols blancs de changer de tailleur
de mettre des « baggy », des survêts, des casquettes…
de mettre du rap entre leurs oreilles
de bouger façon « hip hop »
pour que le tour soit re-joué, bien joué

on promeut bien chez les chasseurs de tête
le « pouvoir d’adaptation » nécessaire à tout postulant que devra collaborer

« Au-delà des compétences et aptitudes que nous qualifions chez le candidat, nous nous attachons prioritairement aux autres éléments constitutifs de leur personnalité : courage, persévérance, team-spirit et savoir-faire, comme leur capacité d’intégration dans leur nouvel environnement. »
Le suivi d’intégration nous permet de mesurer finement l’adéquation, la réactivité et les capacités d’adaptation du nouveau collaborateur, atouts concurrentiels majeurs. dixit http://www.adandso.com/

petite anecdote… croustillante

« Lorsque La Plaine-Saint-Denis a décidé de miser sur ses atouts pour attirer les sociétés, elle était loin d’imaginer que les salariés compteraient parmi les plus fidèles clients d’un autre marché local : celui de la fumette. Plus besoin d’aller loin pour se fournir, les vendeurs de marijuana sont aux portes des entreprises. « Avec l’arrivée massive de salariés, le trafic de cannabis a considérablement augmenté », confirme le commissaire Meyer. »


quelle bonne* époque !
jf le scour, 2013
*je sais, je sais, je revendique

 

ps : après avoir mis la carte du gros-gros bonhomme
saint denis se trouve au nord est non à l’ouest, heu à l’est !

 

2 commentaires — poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

pour ajouter une image, par ici avant d’appuyer sur le gros bouton

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.