« raconter la vie.fr »

ceci n’est pas un ready made
ceci est une initiative d’éditeur
belle idée, quoique
quand j’entends le mot communauté, je sors… de mes gonds
oui, pourquoi en faire partie, hein ?
pourquoi la nécessité d’en être ?
la question de l’autre est direct, non ?
je ne crois pas avoir besoin de montrer patte blanche
pour aller à l’autre
à moins que la moisson… « data-marketeuse » soit nécessaire ?
le « social management » fait fureur
et a déjà montré ses limites, non ?

… c’est fou, grand « con-so-mateur » de net, j’ai de plus en plus de mal, avec le fauteuil…
oui, assis devant l’écran, je « milite »
je dis que je fais
je « socialise », ouai
bien confortable pour ma conscience
un peu comme le « don » prélevé sur mon compte en banque, chaque mois !

l’idée de la mise en scène de la vie, sur le devant
est bonne…
la seule chose absolument nécessaire… écrire
madame mich(o)u* m’en raconte tous les jours
elle est ma voisine
une ancienne technicienne de surface
encore plus décroissante et verte… que moi !
pourtant elle n’a jamais bougé de sa petite ville de province
jamais elle n’écrira son parcours, pourtant !
un manque d’estime de soi… qui empêche

« oser » écrire
c’est comme prendre la parole
c’est interdit
heu, disons qu’il faut se l’autoriser
… avoir fait des étude, en être…
être socialement apte à la ramener !
parler la « bonne parole »
tenir le langage… de (à) ses paires !
ou avoir eu l’obligeance d’être pris à (en) partie par ceux qui tiennent le manche
… le fameux micro trottoir, par exemple !

ouai, je me demandais ce que j’allais écrire, aujourd’hui**
… sur mon blog
j’ai tout, pour une nouvelle page
tiens, tiens, je vais me monter une communauté pour me…
me quoi ?

y-a plus d’époque !***
jf le scour, 2014
*pseudonyme !

**j’ai commencé ce texte comme envoi sur le site de rosanvalon du côté du formulaire de contact… seule façon de la ramener sans en faire partie

***je sais, je sais, je revendique

ps1 : ce « ready », je l’ai commencé en janvier 2011
3 ans, 782 articles plus ou moins courts
hé, j’écris maintenant
disons que j’assume mes fautes… sans vergogne !

ps2 : s’il vous prend l’envie de me répondre
faites le, là, pas besoin d’en faire partie pour commenter
être à la vue de tout un chacun est nécessaire
… la place publique, se nommer en place publique, hein
que la parole engage