foire, « foiré »

ceci n’est pas un ready made
ceci est coup de plus

 

il y avait eu l’__épisode présidentiel
il y aura ce lui du palais, le grand

j’avais rendez-vous à la petite porte
celle de l’expo niki…

pour entrer à la fiac un jour avant le vernissage
vous avez 4 entrées
l’entrée de gauche
l’entrée du milieu
l’entrée de droite
et l’entrée des camions

j’ai fini par trouver mon passeur
non loin d’une sculpture de __niki de saint phalle
j’avais mon « scud » retenu par des élastiques
et mon sac à perceuse en bandoulière

nous voilà, montant une série de marches
un escalier de pierres tournant, du plus belle effet
nous avions déjà croisé deux couples
oui, couple de gentils jeunes gens en rouge
à qui mon passeur avait négligemment montré une carte plastique
… sans doute nominative, genre sésame

avec ces jeunes rouges, tout se passait bien

c’est arrivé au plus haut
à l’entrée de droite de la foire parisienne
que le cerbère barbu, vêtu de noir, « siglé » sécurité
à la main prolongée d’un bâton « plastique »
couinant quand quelque chose dans votre pardessus
… n’est permis à l’intérieur !
arrêta ma fulgurante avancée
d’un « vous ne pouvez entrer avec vos rouleaux en carton
… et votre perceuse »

ah !

il essaya d’entrer en communication avec son supérieur
pour qu’une gentille hôtesse de la foire au palais viennent me tirer les vers du nez

un peu frustré de ne pas avoir monté mon arbre à caméras Thebois
avant d’entreprendre l’ascension menant à la petite porte de droite
ben, oui si j’avais monté mon arbre à caméras Thebois
j’aurais obligatoirement allumé « jacquot » (celui qui fait des rendus)
que j’avais mis à ma boutonnière… l’objectif sorti
au bon endroit !!!

vous imaginez, vous, la montée des marches
… sont dépassés les jeunes rouges
le tout noir barbu qui apparait
devant l’extrémité de l’arbre à caméras Thebois
couché pour entrer par la petite porte du grand palais…

oui, l’arbre à caméras Thebois, monté, mesure trois mètre de haut
la petite porte de droite… ne mesure, elle, que deux mètre vingt !!!

sans parler du dialogue qui aurait pu ressembler à ça

l’homme, « siglé » : « monsieur, qu’est-ce que c’est ? »
moi, gardant mon calme : « un arbre à caméras The bois »
l’homme, « siglé » sécurité : « comment ? »
moi, toujours calme : « oui, un arbre à caméras Thebois » moi, toujours calme
l’homme, « siglé » sécurité : « qu’est-ce que vous voulez faire avec ça ? »

comme quoi pour le meilleur résultat
ne jamais faire de concessions
rester droit dans ses bottes
au pire, on garde le dialogue de fin enregistré
au lieu de l’inventer au clavier !

 


y-a plus d’époque !*
__jf le scour, 2014
*je sais, je sais, je revendique

 

ps1 : l’arbre à caméras Thebois, ressemble à ça (d’un clic sur l’image, ça s’agrandit)

 

ps 2 : les caméras Thebois, c’est __là